Écrevisses du Saint-Laurent – Espèces

Avertissements

  1. Avertissement pour la taille : La taille indiquée est pour une écrevisse ayant atteint la maturité sexuelle
  2. Avertissement pour la couleur : Les couleurs de certains des spécimens en photo peuvent être différentes de celles évoquées par la description, possiblement en raison du processus de conservation des écrevisses

Schéma anatomique d'une écrevisse


Schéma anatomique d’une écrevisse (Dubé et Desroches, 2007)


Femelle (gauche) - Mâle (droite)


Femelle portant des oeufs

Photos : © Conrad Beauvais, Environnement et Changement climatique Canada

Écrevisse de ruisseau

Nom latin: Cambarus bartonii Nom anglais: Appalachian brook crayfish

 

© Conrad Beauvais, Environnement et Changement climatique Canada

Taille

  • 18,5 à 36,7 mm.

Fécondité

  • Environ 5 à 130 œufs.

Couleur

  • Variable, ordinairement grisâtre. Peut-être plus pâle, rosée ou bleuâtre, rarement rouge ou bleue.

Caractéristiques morphologiques

  • Rostre court et carré • aréole large • absence d’épines latérales sur le rostre • absence d’épines derrière le sillon cervical • ponctuation de l’aréole irrégulière sur trois rangées • gonopodes courts et massifs, en forme de clé anglaise • pinces relativement massives • une seule rangée de tubercules bas sur la marge intérieure de la pince.

Habitat

  • Eaux très mouvementées, cours d’eau petits à moyens, peut se retrouver dans les lacs. Fond rocailleux.

Écrevisse géante

Nom latin: Cambarus robustus Nom anglais: Big water crayfish • Robust crayfish

 

© Conrad Beauvais, Environnement et Changement climatique Canada

Taille

  • 31,7 à 52,4 mm.

Fécondité

  • Environ 30 à 230 œufs.

Couleur

  • Plutôt grisâtre-brunâtre.

Caractéristiques morphologiques

  • Rostre allongé et rectangulaire • absence d’épines latérales sur le rostre • présence d’une épine de chaque côté de la carapace derrière le sillon cervical • aréole large • ponctuation de l’aréole fine et régulière • gonopodes courts et massifs, en forme de clé anglaise • pinces volumineuses • deux rangées de tubercules bas sur la marge intérieure de la pince.

Habitat

  • Eaux turbulentes, substrat rocailleux.

Écrevisse marbrée

Nom latin: Orconectes immunis Nom anglais: Calico crayfish • Papershell crayfish

  

© Conrad Beauvais, Environnement et Changement climatique Canada

Taille

  • 23,2 à 48,8 mm

Fécondité

  • Environ 5 à 170 œufs

Couleur

  • Varie du gris au brun. Marbrures sur le corps, notamment sur l’abdomen.

Caractéristiques morphologiques

  • Écrevisse élancée, d’apparence frêle • aréole large • plus que deux ponctuations contiguës dans sa partie la plus large • pointes latérales du rostre réduites ou absentes • présence d’une encoche près de la base intérieure du mors mobile des pinces (plus évident chez les gros individus) • extrémités des gonopodes du mâle très recourbées • gonopore de la femelle présente une anse.

Habitat

  • Étangs, bordures de cours d’eau lents. Présence végétation aquatique. Substrat vaseux. Faible profondeur (moins de 1 m). Peut se retrouver dans un milieu peu oxygéné.

Écrevisse à épines

Nom latin: Orconectes limosus Nom anglais: Spinycheek crayfish

 

 

© Conrad Beauvais, Environnement et Changement climatique Canada

Taille

  • 23,5 à 54 mm.

Fécondité

  • Environ 300 œufs.

Couleur

  • Grisâtre-verdâtre. Marques rouge vin sur l'abdomen.

Caractéristiques morphologiques

  • Deux épines ou plus sur la carapace derrière le sillon cervical • extrémité des projections des gonopodes du mâle courte et divergente • présence de deux protubérances prononcées dans la partie antérieure du gonopore de la femelle.

Habitat

  • Eaux turbides, sol limoneux et fonds meubles. Larges rivières, ruisseaux, lacs moyens à larges avec une végétation aquatique abondante.

Écrevisse obscure

Nom latin: Orconectes obscurus Nom anglais: Allegheny crayfish

  

© Conrad Beauvais, Environnement et Changement climatique Canada

Taille

  • 19,9 à 44 mm.

Fécondité

  • ---

Couleur

  • Verdâtre-grisâtre à brunâtre. Taches brunes foncées.

Caractéristiques morphologiques

  • Absence de carène sur le rostre • présence d’épines cervicales uniques de chaque côté de la carapace • pinces robustes • présence de protubérances sur la face dorsale des pinces • renflements du gonopore de la femelle fusionnés au centre.

Habitat

  • Lacs, rivières, ruisseaux et étangs. Substrat graveleux ou rocheux.

Écrevisse à rostre caréné

Nom latin: Orconectes propinquus Nom anglais: Northern clearwater crayfish

   

© Conrad Beauvais, Environnement et Changement climatique Canada

Taille

  • 16,2 à 38 mm.

Fécondité

  • Environ 30 à 130 œufs.

Couleur

  • Brune ou sombre. Large bande plus foncée sur le dessous de l’abdomen.

Caractéristiques morphologiques

  • Carène longitudinale sur le rostre • extrémité des projections des gonopodes du mâle droite et convergente • gonopore de la femelle présente une fente centrale.

Habitat

  • Grande variété d’habitats. Petits et moyens cours d’eau à fond graveleux ou rocheux. Rive des lacs clairs.

Écrevisse à pinces bleues

Nom latin: Orconectes virilis Nom anglais: Northern crayfish • Virile crayfish

   

© Conrad Beauvais, Environnement et Changement climatique Canada

Taille

  • 23,2 à 55 mm.

Fécondité

  • Environ 360 œufs.

Couleur

  • Grisâtre à verdâtre, parfois brune rougeâtre • Gros individus ont les pinces bleu-verdâtres.

Caractéristiques morphologiques

  • Aréole étroite • maximum deux ponctuations contiguës dans la partie mince de l’aréole • pointes latérales du rostre bien développées • épine de chaque côté de la carapace derrière le sillon cervical • extrémité des gonopodes du mâle effilées et légèrement recourbées • gonopore de la femelle présente une cavité triangulaire.

Habitat

  • Espèce ubiquiste (rencontrées dans des habitats très variés). Rivières à fond rocheux, eaux profondes des lacs. Également substrats d’argile gris-bleu des fossés agricoles.

Écrevisse à taches rouges

Nom latin: Orconectes rusticus Nom anglais: Rusty crayfish

 

© Conrad Beauvais, Environnement et Changement climatique Canada

Taille

  • jusqu’à 10 cm.

Fécondité

  • Environ 80 à 575 œufs.

Couleur

  • Céphalothorax et abdomen brun-gris. Présence d’une tache rouge dorso-latérale de part et d’autre de la carapace, de bandes noires près de l’extrémité des pinces, et de petites taches rouges sur les segments de l’abdomen. Les pinces et les pattes sont vertes.

Caractéristiques morphologiques

  • Marges latérales du rostre concaves • la partie la plus étroite du rostre se trouve derrière les pointes latérales • épine latérale unique de chaque côté du rostre • pinces robustes • écart ovale des pinces lorsqu’elles sont fermées.

Habitat

  • Lacs, étangs et cours d’eau. Elle s’adapte aussi bien dans les zones à faible qu’à fort courant lui permettant ainsi de remonter le lit des cours d’eau et de coloniser d’autres milieux. Substrats rocheux, mais elle peut supporter d’autres substrats, comme le sable et le limon, ou la présence de végétation aquatique.

Note sur les hybrides

Les spécimens hybrides sont relativement communs chez les écrevisses. Au Québec, le cas d’hybridation le plus observé à partir de caractères phénotypiques est celui de l’écrevisse à épines (Orconectes limosus) avec l’écrevisse à rostre caréné (Orconectes propinquus). En Amérique du Nord, le phénomène d’hybridation le plus inquiétant est celui de l’écrevisse à taches rouges (Orconectes rusticus) avec ses cousines du genre Orconectes, car c’est une des « stratégies » les plus efficaces de cette espèce envahissante pour éliminer ses concurrentes indigènes.
La description morphologique des hybrides d’écrevisses est complexe. La difficulté relève du fait que chaque hybride ne présentera pas les mêmes caractéristiques externes. Pour le cas d’hybrides entre les écrevisses à épines et à rostre caréné, un bon exemple serait un spécimen qui présenterait les caractéristiques éponymes de ces deux espèces, à savoir un rostre caréné accompagné d’épines derrière le sillon cervical. Cependant, tous les hybrides ne montreront pas des caractéristiques aussi évidentes, et l’identification se révèle souvent plus ardue. Des tests génétiques devront être réalisés pour confirmer la présence des cas d’hybridation présumés chez les écrevisses du Québec.

Sources

  • Dubé, J., & Desroches, J. F. (2007). Les écrevisses du Québec. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Direction de l'aménagement de la faune de l'Estrie, de Montréal et de la Montérégie, Longueuil, vol. 51.
  • Holdich, D. M. (Ed.). (2002). Biology of freshwater crayfish. Oxford: Blackwell Science, 702 pp.

Ce projet est rendu possible par :
Environnement et Changement climatique Canada (Centre Saint-Laurent, Service Canadien de la Faune, Biosphère) et
Université du Québec à Trois-Rivières (Laboratoire du docteur Gilbert Cabana)