Ne pas enlever ce code qui permet l'affichage de l'image dans la bannière du portail

Aquarium du Québec – SEPAQ – RIPE - Information sur les données

Sites et engins de pêche

Dans le but d’étudier les communautés de poissons du fleuve Saint-Laurent, le docteur Vadim D. Vladykov collaborait avec des pêcheurs commerciaux, conscient du grand intérêt que pouvait représenter les observations régulières faites à partir d’engins fixes le long du fleuve Saint-Laurent.

Dès 1944 et jusqu’au tout début des activités expérimentales de l’Aquarium en 1961, les captures journalières de la fascine commerciale, opérée par M. Arthur Matte et situé à Neuville, ont été enregistrées et précieusement conservées dans les archives de l’Aquarium. Depuis 1961, la pêcherie expérimentale de l’Aquarium du Québec a occupé quatre différents sites (Robitaille et al., 1987);

  1. à moins de 500 m en aval de l’embouchure de la rivière Chaudière (1961-62);
  2. sur la rive nord du fleuve, à la hauteur de l’Aquarium (1963-69);
  3. à une centaine de mètres en amont du pont Pierre-Laporte (1970);
  4. à Saint-Nicolas sur la rive sud, à 100 m en amont du pont Pierre-Laporte (1971-2014).

Deux types d’engin de pêche ont été utilisés et correspondent à deux périodes distinctes d’activités entre 1944 et 2014;

  1. 1944 à 1970;
  2. 1971 à 2014.

L’information quant au dispositif de pêche utilisé au cours des années 1944 à 1970 est absente. Par contre, les engins traditionnellement utilisés par les pêcheurs ont largement été décrits par Vadim D. Vladykov et détaillés par Bergeron et al. (1972) et Robitaille et al. (1987). Il est ainsi fort probable que les engins utilisés par l’Aquarium et ceux des pêcheurs commerciaux de l’époque soient similaires. Les fascines traditionnelles étaient constituées d’un port légèrement plus petit à maillage hexagonal de 1 pouce et comportant qu’une seule aile de raccroc à l’amont.

En 1971, dans le cadre d’un programme d’amélioration des engins de pêche traditionnels, un dispositif expérimental a été construit et a permis d’obtenir des captures de 3 à 6 fois supérieures à celles obtenues avec les engins traditionnels (Bergeron et al., 1972, Bergeron et al., 1973, Bergeron et Johnson, 1974 et Johnson et Bergeron, 1975). À part l’ajout d’ailes de raccroc supplémentaires pour les années 1973-74, c’est ce même engin qui a été utilisé jusqu’en 2014. Il a été réparé à maintes reprises, mais toujours selon le même plan et n’entraînant pas de différences notable dans les captures (Bernier et al., 1996, de Lafontaine et al., 2010).

Fonctionnement de l’engin de pêche

Le principe général de la pêche à la fascine est simple : il consiste à intercepter le poisson et à le rediriger vers un espace fermé où il reste emprisonné et devient facile à récolter. L’engin de la pêcherie expérimentale de l’Aquarium est une fascine modifiée de type « de l’île d’Orléans » (Robitaille et al., 1987) similaire à celles traditionnellement utilisées par les pêcheurs commerciaux d’anguille du Bas-Saint-Laurent. L’engin, installé sur l’estran est couvert et découvert par la marée, ce qui permet la capture d'une grande variété d'espèces. La fascine est constituée de trois principaux éléments: une aile de chasse, deux ailes de raccroc disposées en « V » et du port (Figure 2).

Le poisson qui suit le rivage se bute à une longue palissade, l’aile de chasse, perpendiculaire à la ligne de côte. Elle est constituée d’un filet d’un maillage de 1 ¼ de pouce qui s’étend du rivage au port et est supportée par des cordes d’ancrage à intervalle régulier de 2 mètres. Son rôle est de guider le poisson qui se déplace avec la marée vers l’étroite ouverture du port. De chaque côté de cette ouverture ou porte, deux ailes de raccroc convergent vers l’aile de chasse dans le but de restreindre l’échappement des poissons qui ont manqué la porte une première fois. Le port est constitué de pieux, d’un cadre et d’un solide plancher en bois enroché au sol ainsi que de trellis métallique carré de 1 pouce constituant les murs et le plafond. La moitié basse du port est par contre constituée d’un trellis métallique de ½ pouce superposé d’un contour en planche d’environ 60 cm de hauteur. Le port est dressé à la limite inférieure de la zone des marées (à environ 95 mètres du rivage) et est séparé en plusieurs chambres en entonnoir qui aboutissent à un coffre. Une fois la marée à son plus bas, les poissons peuvent être récupérés dans le coffre à l’aide d’une épuisette (Moussette, 1979, de Lafontaine et al., 2002).

Figure 2 : Plan de la fascine de la pêcherie expérimentale de l’Aquarium du Québec.
Source : Pierre Gagnon, communication personnelle.

Déroulement des opérations de la pêche expérimentale

À chaque année, l’engin de pêche est installé au printemps sur l’estran et est retiré à l’automne avant l’arrivée des glaces. La responsabilité de l’ensemble des opérations de pêche a été confiée successivement à deux pêcheurs commerciaux; M. Fernand Gingras de 1971 à 1995 et à M. Bernard Côté de 1996 à 2014, à l’exception de trois années (1989-91) où le contrat fut octroyé à M. Bernard Côté.

À chaque visite à l’engin, le pêcheur devait identifier les poissons à l’espèce et les énumérer avant de les relâcher à l’arrière de la fascine afin de permettre leur retour dans le fleuve. La fascine était visitée à chaque marée basse, soit environ deux fois par jour, à l’exception des journées où les conditions climatiques ne permettaient pas l’accès à la pêcherie. Les données étaient par la suite transmises à l’Aquarium. Les considérations méthodologiques pertinentes à l’interprétation des données ainsi que le potentiel d’utilisation de la pêcherie sont largement décrits par Bernier et al. (1996) et de Lafontaine et al. (2002).

Disponibilités des données

La base de données regroupe les renseignements sur les captures de 70 espèces de poissons recensées à la pêcherie de Saint-Nicolas et à celle de Neuville. La structure de la base de données permet de retracer rapidement les captures associées à une activité de pêche tout en permettant de se référer aux diverses caractéristiques de cette pêche (par exemple le site de pêche, la méthode utilisé, la personne responsable, etc.). De 1971 à 2014, la fascine expérimentale de Saint-Nicolas a été visitée 13 875 fois et un total de 614 145 poissons ont été observés (Tableau 1). De 1944 à 1957, la pêcherie commerciale de Neuville a été visitée 3 537 fois et un total de 24 439 poissons ont été observés (Tableau 2).

Tableau 1 : Pêcherie expérimentale de l’Aquarium du Québec à St-Nicolas

Année Début de la pêche Fin de la pêche Nombre de pêches Nombre de poissons capturés Nombre d’espèces capturées
1971 1971-05-21 1971-11-12 310 49 721 40
1972 1972-05-28 1972-10-31 304 51 345 38
1973 1973-05-29 1973-10-31 297 18 804 39
1974 1974-06-17 1974-10-31 264 18 034 36
1975 1975-05-16 1975-10-31 320 15 726 47
1976 1976-05-14 1976-10-31 327 19 516 44
1977 1977-05-15 1977-10-31 326 16 011 46
1978 1978-05-15 1978-10-31 327 13 043 41
1979 1979-05-15 1979-10-31 329 13 956 41
1980 1980-06-01 1980-10-31 296 11 009 40
1981 1981-05-16 1981-10-31 326 13 328 42
1982 1982-05-15 1982-10-31 328 10 545 44
1983 1983-05-19 1983-10-31 320 9 467 42
1984 1984-05-15 1984-10-31 328 12 993 44
1985 1985-05-15 1985-10-31 328 12 385 45
1986 1986-05-15 1986-10-31 325 10 191 41
1987 1987-05-15 1987-10-31 329 7 913 42
1988 1988-05-15 1988-10-31 326 9 423 45
1989 1989-05-15 1989-10-31 297 6 132 41
1990 1990-05-15 1990-11-01 325 9 034 41
1991 1991-05-16 1991-10-31 324 8 741 37
1992 1992-05-15 1992-10-31 328 12 232 42
1993 1993-05-15 1993-10-31 328; 15 630 41
1994 1994-05-15 1994-10-31 328 14 087 45
1995 1995-05-15 1995-10-31 329 14 957 49
1996 1996-05-15 1996-10-31 323 16 101 43
1997 1997-05-24 1997-11-16 317 12 368 43
1998 1998-05-14 1998-10-31 328 10 271 39
1999 1999-05-14 1999-10-31 330 14 794 45
2000 2000-05-14 2000-10-31 327 11 549 52
2001 2001-05-15 2001-10-31 320 9 950 44
2002 2002-05-16 2002-10-31 321 15 909 50
2003 2003-05-14 2003-10-31 330 9 926 46
2004 2004-05-15 2004-10-31 325 10 179 44
2005 2005-05-15 2005-10-31 312 11 055 37
2006 2006-05-15 2006-10-31 312 13 976 42
2007 2007-05-15 2007-10-31 325 11 909 37
2008 2008-05-20 2008-10-31 306 14 365 41
2009 2009-05-17 2009-10-31 311 12 905 36
2010 2010-06-30 2010-10-31 236 10 450 33
2011 2011-06-03 2011-10-31 275 9 634 36
2012 2012-05-31 2012-10-31 296 10 123 33
2013 2013-05-28 2013-10-31 302 8 573 32
2014 2014-05-24 2014-10-31 310 5 885 29

Tableau 2 : Pêcherie commerciale d’Arthur Matte à Neuville

Année Début de la pêche Fin de la pêche Nombre de pêches Nombre de poissons capturés Nombre d’espèces capturées
1944 1944-09-10 1944-11-30 135 2 235 11
1945 1945-06-07 1945-11-23 319 4 149 19
1946 - - - - -
1947 1947-07-18 1947-11-24 235 1 914 11
1948 1948-06-03 1948-12-03 317 2 294 11
1949 1949-05-06 1949-11-23 358 2 107 11
1950 1950-05-10 1950-11-24 349 1 902 11
1951 1951-06-01 1951-11-19 301 2 395 13
1952 - - - - -
1953 1953-05-26 1953-12-05 318 1 481 11
1954 1954-06-20 1954-12-01 266 934 9
1955 1955-06-01 1955-11-19 293 1 626 10
1956 1956-05-14 1956-11-19 318 1 579 8
1957 1957-05-10 1957-11-25 328 1 823 9