Aquarium du Québec – SÉPAQ - Information sur les données

Sites et engins de pêche

Dès 1944 et jusqu’au tout début des activités expérimentales de l’Aquarium en 1961, les captures journalières de la fascine commerciale, opérée par M. Arthur Matte et située à Neuville (à environ 30 km en amont de l’Aquarium sur la rive nord), ont été enregistrées et précieusement conservées dans les archives de l’Aquarium. Depuis 1961, la pêcherie expérimentale de l’Aquarium du Québec a occupé quatre différents sites au fil des années d’opération (Robitaille et al., 1987);

  1. sur la rive sud du fleuve, à moins de 500 m en aval de l’embouchure de la rivière Chaudière (1961-62);
  2. sur la rive nord du fleuve, à la hauteur de l’Aquarium (1963-69);
  3. sur la rive nord du fleuve, à une centaine de mètres en amont du pont Pierre-Laporte (1970);
  4. sur la rive sud du fleuve, à Saint-Nicolas, à 100 m en amont du pont Pierre-Laporte (1971-2014).

Différentes pêcheries à la fascine ont été utilisés et correspondent à deux périodes distinctes d’activités entre 1944 et 2014;

  1. 1944 à 1970;
  2. 1971 à 2014.

L’information précise quant au dispositif de pêche utilisé au cours des années 1944 à 1970 n’est pas disponible. Par contre, les engins traditionnellement utilisés par les pêcheurs ont été largement décrits par Vadim D. Vladykov et détaillés par Bergeron et al. (1972) et Robitaille et al. (1987). Il est ainsi fort probable que les engins utilisés par l’Aquarium et ceux des pêcheurs commerciaux de l’époque soient de même type. Les fascines traditionnelles étaient constituées d’un port légèrement plus petit que celui de la fascine utilisée à partir de 1971, d’un maillage hexagonal de 1 pouce et comportaient une seule aile de raccroc installée du côté amont du port.

En 1971, dans le cadre d’un programme d’amélioration des engins de pêche traditionnels, un dispositif expérimental a été construit et a permis d’obtenir des captures de 3 à 6 fois supérieures à celles obtenues avec les engins traditionnels (Bergeron et al., 1972; Bergeron et al., 1973; Bergeron et Johnson, 1974; Johnson et Bergeron, 1975). Mis à part l’ajout d’ailes de raccroc supplémentaires pour les années 1973-74, le même engin de pêche a été utilisé jusqu’en 2014. Il a été réparé à maintes reprises et complètement reconstruit lorsque trop brisé, mais toujours selon le même plan, ce qui n’entraînait pas de différences notables dans la capturabilité potentielle de l’engin (Bernier et al., 1996; de Lafontaine et al., 2010).

Fonctionnement de l’engin de pêche

Le principe général de la pêche à la fascine consiste à intercepter le poisson et à le rediriger vers un espace clos où il reste emprisonné et devient facile à récolter. L’engin de la pêcherie expérimentale de l’Aquarium est une fascine modifiée de type « de l’île d’Orléans » (Robitaille et al., 1987), traditionnellement utilisée par les pêcheurs commerciaux d’anguille du Bas-Saint-Laurent. L’engin, installé sur l’estran est submergé et exposé par la marée, ce qui permet la capture d’une grande variété d’espèces fréquentant la zone côtière. À l’ exception de 2016 où une seule aile de raccroc a été utilisée, la fascine est constituée de trois principaux éléments: une aile de chasse, deux ailes de raccroc disposées en « V » et le port de pêche (Figure 2).

Le poisson nageant le long de la rive se bute à une longue palissade, appelée l’aile de chasse, perpendiculaire à la ligne de côte. Elle est constituée d’un filet d’un maillage de 1 ¼ de pouce qui s’étend du rivage au port et est supportée par des cordes d’ancrage à intervalle régulier de 2 mètres. Son rôle est de guider le poisson vers l’étroite ouverture du port. De chaque côté de cette ouverture ou porte, deux ailes de raccroc convergent vers l’aile de chasse dans le but de restreindre l’échappement des poissons qui ont manqué la porte une première fois. Le port de pêche est constitué de pieux, d’un cadre et d’un solide plancher en bois enroché au sol ainsi que de treillis métallique carré de 1 pouce constituant le haut des murs et du plafond. La partie inférieure du port est par contre constituée d’un treillis métallique de ½ pouce superposé d’un contour en planche jusqu’à 60 cm de hauteur. Le port est dressé à la limite inférieure de la zone des marées (à environ 95 mètres du rivage) et est séparé en plusieurs chambres avec un accès en entonnoir. Une fois la marée à son plus bas, les poissons peuvent être récupérés à l’aide d’une épuisette dans l’une des différentes aires de capture (Moussette, 1979, de Lafontaine et al., 2002).

Figure 2 : Plan de la fascine de la pêcherie expérimentale de l’Aquarium du Québec.
Source : Denis Labonté et Yves de Lafontaine.

Déroulement des opérations de la pêche expérimentale

À chaque année, l’engin de pêche est installé au printemps sur l’estran et est retiré à l’automne avant l’arrivée des glaces. La responsabilité de l’ensemble des opérations de pêche a été confiée successivement à deux pêcheurs commerciaux : M. Fernand Gingras de 1971 à 1988 et de 1992 à 1995 et à M. Bernard Côté de 1989 à 1991 et de 1996 à 2014. L’enregistrement des captures est normalement fait à chaque marée basse, soit deux fois par jour, entre le 15 mai et le 31 octobre de chaque année, à l’exception des journées où les conditions climatiques ne permettaient pas l’accès à la pêcherie.

À chaque visite à l’engin, le pêcheur procédait à l’identification et l’énumération des poission à l’espèce avant de relâcher les spécimens vivants  dans les eaux du fleuve via une petite porte située à l’arrière de la fascine. Les données notées sur des feuilles d’enregistrement étaient par la suite transmises à l’Aquarium. Les considérations méthodologiques pertinentes à l’interprétation des données, ainsi que le potentiel d’utilisation de la pêcherie, sont largement décrites par Bernier et al.(1996) et de Lafontaine et al. (2002).

Disponibilités des données

La base de données regroupe les renseignements sur les captures de 70 espèces de poissons recensées aux différentes pêcheries opérées entre 1944 et 2014 à Neuville et à Saint-Nicolas. La structure de la base de données permet de retracer rapidement les captures associées à une activité de pêche tout en permettant de se référer aux diverses caractéristiques de cette pêche (par exemple le site de pêche, la méthode utilisé, le pêcheur responsable, etc.). De 1971 à 2014, la pêcherie expérimentale de Saint-Nicolas a été visitée 13 875 fois et un total de 614 145 poissons ont été recencés (Tableau 1). De 1944 à 1957, la pêcherie commerciale de Neuville a été visitée 3 537 fois et un total de 24 439 poissons ont été rapportés (Tableau 2).

Tableau 1 : Pêcherie expérimentale de l’Aquarium du Québec à St-Nicolas

AnnéeDébut de la pêcheFin de la pêcheNombre de pêchesNombre de poissons capturésNombre d’espèces capturées
19711971-05-211971-11-1231049 72140
19721972-05-281972-10-3130451 34538
19731973-05-291973-10-3129718 80439
19741974-06-171974-10-3126418 03436
19751975-05-161975-10-3132015 72647
19761976-05-141976-10-3132719 51644
19771977-05-151977-10-3132616 01146
19781978-05-151978-10-3132713 04341
19791979-05-151979-10-3132913 95641
19801980-06-011980-10-3129611 00940
19811981-05-161981-10-3132613 32842
19821982-05-151982-10-3132810 54544
19831983-05-191983-10-313209 46742
19841984-05-151984-10-3132812 99344
19851985-05-151985-10-3132812 38545
19861986-05-151986-10-3132510 19141
19871987-05-151987-10-313297 91342
19881988-05-151988-10-313269 42345
19891989-05-151989-10-312976 13241
19901990-05-151990-11-013259 03441
19911991-05-161991-10-313248 74137
19921992-05-151992-10-3132812 23242
19931993-05-151993-10-31328;15 63041
19941994-05-151994-10-3132814 08745
19951995-05-151995-10-3132914 95749
19961996-05-151996-10-3132316 10143
19971997-05-241997-11-1631712 36843
19981998-05-141998-10-3132810 27139
19991999-05-141999-10-3133014 79445
20002000-05-142000-10-3132711 54952
20012001-05-152001-10-313209 95044
20022002-05-162002-10-3132115 90950
20032003-05-142003-10-313309 92646
20042004-05-152004-10-3132510 17944
20052005-05-152005-10-3131211 05537
20062006-05-152006-10-3131213 97642
20072007-05-152007-10-3132511 90937
20082008-05-202008-10-3130614 36541
20092009-05-172009-10-3131112 90536
20102010-06-302010-10-3123610 45033
20112011-06-032011-10-312759 63436
20122012-05-312012-10-3129610 12333
20132013-05-282013-10-313028 57332
20142014-05-242014-10-313105 88529

Tableau 2 : Pêcherie commerciale d’Arthur Matte à Neuville

AnnéeDébut de la pêcheFin de la pêcheNombre de pêchesNombre de poissons capturésNombre d’espèces capturées
19441944-09-101944-11-301352 23511
19451945-06-071945-11-233194 14919
1946
19471947-07-181947-11-242351 91411
19481948-06-031948-12-033172 29411
19491949-05-061949-11-233582 10711
19501950-05-101950-11-243491 90211
19511951-06-011951-11-193012 39513
1952
19531953-05-261953-12-053181 48111
19541954-06-201954-12-012669349
19551955-06-011955-11-192931 62610
19561956-05-141956-11-193181 5798
19571957-05-101957-11-253281 8239