J’utilise régulièrement les données de courants de surface de l’application Prévisions océaniques de l’OGSL pour le cours Océanographie expérimentale; cela permet à mes étudiants de faire des comparaisons entre des observations de courant récoltées en mer à bord du Coriolis II lors des mission-stages et les prévisions numériques diffusées en ligne. Il s'agit là d'un exercice très formateur qui permet aux étudiants de mieux comprendre la courantologie complexe du golfe Saint-Laurent.

Daniel Bourgault
Professeur
Institut des sciences de la mer - ISMER-UQAR

Anatomie externe

Vue dorsale et ventrale du homard

Antennes
Le homard possède trois paires d'antennes : une grande paire et deux petites paires. Ce sont des organes sensoriels. Les grandes antennes servent surtout au toucher et permettent au homard de s'orienter dans son milieu. Les petites antennes permettent de percevoir différents signaux chimiques dans l'eau. Elles sont très sensibles aux odeurs et permettent, entre autres, de trouver de la nourriture.

Yeux du homardYeux
Le homard possède deux yeux situés à la base des antennes. Il ne distingue pas les couleurs et ne voit pas d'image claire. Cependant, ses yeux sont très sensibles à la lumière et il est capable de détecter des mouvements et des ombres lorsqu'il y a très peu de lumière. Pour s'orienter, il utilise surtout le toucher et les odeurs.

La pince broyeuse (1) et la pince coupante (2)

La pince broyeuse (1) et la pince coupante (2)
Photos : Richard Larocque

Chélipèdes (ou pinces)
Il s'agit de la première paire de pattes. Elles sont très différentes des autres paires car ce sont de très grosses pinces. Il y a une pince broyeuse et une pince coupante. La pince broyeuse (1) est plus grosse et possède de grosses « dents » qui permettent de briser la coquille ou la carapace des proies. La pince coupante (2) est légèrement plus petite et elle possède plusieurs petites « dents » qui permettent de déchirer ou couper la chair des proies. Elle permet aussi de saisir rapidement les proies.

Péréiopodes (ou pattes marcheuses)
Il s'agit des quatre autres paires de pattes. Elles servent à la locomotion. Cependant, les deux paires situées juste après les chélipèdes sont munies de petites pinces et servent également pour manger.

Céphalothorax
Chez le homard, la tête et le thorax sont soudés ensemble et forment le céphalothorax. C'est la première partie du corps du homard.

Rostre
Le céphalothorax se termine par une pointe située entre les deux yeux que l'on nomme le rostre. Cet appendice n'est pas un nez comme plusieurs personnes le pensent. Le rostre protège tout simplement les yeux lorsque les homards s'affrontent.

Abdomen
L'abdomen correspond à ce qu'on appelle communément la queue du homard. Il est composé de 6 segments et il est articulé.

Le telson et les uropodes d'un homard

Telson
Le telson se trouve au bout de l'abdomen. C'est le segment au milieu de la queue en éventail.

Queue d'un homard

Uropodes
Ce sont les segments de chaque côté du telson qui forment la queue en éventail.

Anus
Il se trouve sous l'abdomen entre le dernier segment de l'abdomen et le telson.

Mâle et femelle

Pléopodes
Sous l'abdomen, on peut voir des appendices qui ressemblent à des petites nageoires. Ce sont les pléopodes. Il y en a 5 paires. La première (la plus près du céphalothorax) est différente des quatre autres et peut servir à différencier un mâle d'une femelle. Chez le mâle, les premiers pléopodes sont gros, durs et blanchâtres et servent à l'accouplement. On les appelle gonopodes. Chez la femelle, ils sont petits et mous. Les autres paires de pléopodes aident le homard à se déplacer ou à faire circuler l'eau dans son abri. Chez la femelle, ils servent également à porter et à ventiler les oeufs.

Vue frontale et ventrale de la bouche du homard

Bouche
Elle se trouve juste en dessous du rostre, sous les yeux et entre les antennes. Elle comprend les maxillipèdes et les mandibules. Le homard utilise les maxillipèdes pour amener la nourriture jusqu'à l'ouverture de la bouche et les mandibules font office de dents.

Pour aller en haut de la page


Anatomie interne

Différentes parties du homard chez le mâle et la femelle

Cerveau
Chez le homard adulte, le cerveau n'est pas plus gros qu'un pois. Il se trouve juste en arrière des yeux.

Coeur
Il se trouve sur la partie dorsale, à l'arrière du céphalothorax juste avant l'abdomen.

Estomac
Il y en a deux. Le premier se trouve dans la « tête » du homard juste en arrière des yeux et du cerveau. On l'appelle l'estomac cardiaque. Le deuxième est juste après le premier. On l'appelle l'estomac pylorique. Il s'étend jusqu'à l'abdomen.

Intestin
Il part de l'estomac pylorique et il longe tout l'abdomen jusqu'à l'anus. Quand on coupe la queue d'un homard dans le sens de la longueur, on voit souvent un petit tube noir : c'est l'intestin.

Ovaires
Seules les femelles possèdent des ovaires. Il y en a deux et c'est l'endroit où sont produits les œufs avant d'être fertilisés (ovocytes). Les ovaires longent une partie de l'abdomen et ils sont situés au-dessus de l'intestin. En coupant la queue d'un homard cuit dans le sens de la longueur, on observe parfois une grosse ligne rouge. Ce sont les ovaires avec les œufs non fertilisés. On peut les manger. Parfois, on découvre une substance visqueuse noire. Ce sont des œufs qui étaient sur le point d'être pondus quand la femelle a été pêchée et qui ont été résorbés. Au lieu d'être pondus ils se sont liquéfiés. Les vitello-protéines qui se trouvaient dans les œufs ont été remises en circulation dans le sang lui donnant ainsi une couleur noire. Ce n'est pas très appétissant mais le homard est quand même bon. Il suffit simplement de le rincer.

Testicules
Chez le mâle, les testicules se trouvent directement sous le cœur et se présentent sous la forme de deux lignes blanches.

Hépatopancréas
Cet organe remplit une grande partie du céphalothorax et correspond en quelque sorte au foie. Il s'agit de la substance verte qu'on observe dans un homard cuit quand on ouvre le céphalothorax. Les fins connaisseurs l'apprécient.


Pour aller en haut de la page

Incroyable mais vrai

Le homard sent avec ses « pieds ». En effet, le homard possède plusieurs récepteurs sur ses pinces et ses pattes qui lui permettent de localiser et de reconnaître de la nourriture dans un environnement immédiat. Le homard possède d'autres récepteurs au niveau des antennes et de la bouche qui lui permettent de détecter des odeurs (signaux chimiques).

Le homard possède deux estomacs : l'estomac cardiaque et l'estomac pylorique. Dans le premier estomac (estomac cardiaque) il y a des dents pour broyer la nourriture.

Si le homard perd une pince, une patte ou une antenne, elle se regénère (elle repousse) à la prochaine mue.

Lorsque le homard se sauve, il nage rapidement à reculons (jusqu'à quelques mètres/seconde) en repliant et en dépliant brusquement son abdomen.

Le sang du homard n'a pas de couleur. Il est transparent. Il prend une teinte bleutée au contact de l'oxygène.

La pince broyeuse peut se trouver à gauche ou à droite. Un homard peut être en quelque sorte gaucher ou droitier. Il arrive parfois qu'un homard possède deux pinces identiques (générallement 2 pinces coupantes).


Pour aller en haut de la page

Différentes couleurs

Homard de couleurs normales

La couleur de la carapace est composée d'un pigment de base (le rouge) qui est associé à d'autres pigments comme le bleu et le jaune. C'est le mélange des différents pigments [les pigments rouge et jaune sont des caroténoïdes et le pigment bleu est un cyanine] qui donne au homard sa couleur particulière. En général, le homard est brun (parfois brun-vert ou brun-bleu) avec des parties plus ou moins claires. Parfois il y a du bleu aux articulations et la partie ventrale est orangée. Il existe cependant des exceptions dans la nature. On peut très rarement observer des homards entièrement bleus (1), entièrement jaunes (2). Il arrive exceptionnellement que la carapace d'un homard soit séparée en deux couleurs (3-4), ou d'autres cas qu'il soit albinos (blanc; 5) ou léopard (brun foncé avec une multitude de gros points jaunes; 6).

Différentes couleurs rencontrées chez le homard

Photos 1 et 5 : Marc Lanteigne
Photos 2, 3 et 4 : © Crewdog, Lobsterman's Page
Photo 6 : Gilles Savard

Tous les homards deviennent rouges quand on les cuit sauf les homards albinos. La chaleur modifie les pigments associés au rouge et détruit leur liaison. Le pigment rouge est alors libéré. Comme il s'agit du pigment de base de la carapace et qu'il résiste à la chaleur, la carapace devient rouge à la cuisson. Le homard albinos reste blanc quand on le cuit car il ne possède pas de pigment de couleur.

Pour aller en haut de la page

Plus de 100 550 visites en 2013-2014
Conditions d'utilisation
Bulletins